Être freelance, est-ce vraiment le rêve  ?

J’ai souvent entendu les gens s’exclamer « tu es en vacances tout le temps ! ». Mais bien sûr ! Ce serait presque drôle si ce stéréotype n’était pas aussi populaire. Alors, voici un article sur la vie de freelance écrit de mes propres mains de travailleuse indépendante et acharnée du clavier. 

La vie, les cheveux au vent. 

Femme-cheveux-vent-liberté

C’est ce que tout le monde, ou presque, imagine lorsque l’on entend « travailleur indépendant » ou freelance. Ce n’est pas totalement faux d’ailleurs. Lorsque l’on est son propre patron, il est possible de choisir ses horaires de travail, mais aussi le lieu où l’on s’installe chaque jour pendant ses heures de « cogitation rémunérées ». C’est génial. Je pourrais passer mes matinées au lit ! À moi les déjeuners en extérieur tous les jours et les journées shopping. Sans oublier de traîner sur les réseaux sociaux à discuter de tout et de rien avec ceux qui sont déjà connectés à trois heures de l’après-midi. Je pourrais aussi décider de partir sur un coup de tête à l’autre bout de la France, ou qui sait, du monde. Quelle vie ! Mais cette vision est évidemment trop idyllique. Il faut bien ajouter quelques épices à ce rêve trop sucré et finalement vite écœurant. Si, si, il faut s’en convaincre et surtout (désolée) descendre de ce doux nuage. Les apparences trop parfaites cachent toujours quelque chose. 

Le saut d’obstacles, ça s’apprend  ? 

femme-courrir-sauter-obstacle

Choisir ses horaires, c’est bien. Mais travailler suffisamment pour payer son loyer, ses factures, son prochain voyage et sa garde-robe, c’est mieux. C’est surtout plus efficace. Se focaliser sur tous ces points positifs ferait presque oublier ceux qui le sont moins. Être freelance c’est aussi devoir partir à la recherche des clients de temps en temps. Il est également nécessaire de prendre le temps de bien préparer son texte et rester attentive pour ne pas faire de bêtise (lorsque l’on est comme moi, rédactrice web). Il faut aussi prévoir les heures de facturation, publier régulièrement sur ses réseaux sociaux et son site afin que cela ne ressemble pas à un désert. Il faut aussi prévoir les imprévus dans sa vie personnelle et familiale. Il faut apprendre à « sauter les obstacles », les franchir (non sans difficulté) peut représenter un défi chaque jour. Ces challenges peuvent être palpitants à relever, mais certains de ces imprévus peuvent devenir de vraies épines et nous empêcher d’avancer. La fatigue se fait alors vite ressentir et les nerfs sont tendus comme les cordes d’une guitare. Cela dit, il y a une bonne nouvelle : le saut d’obstacles, ça s’apprend. Le plus difficile est de réussir à rester motivé et productif malgré les embûches. 

L’organisation, précieux atout du freelance. 

Pour éviter les obstacles ou tout du moins, les passer en douceur, il faut les anticiper. C’est vrai qu’il est difficile (et même impossible) de prévoir chaque problème. Il est donc nécessaire d’avancer en sachant classer les événements par priorité et ne pas remettre au lendemain ce que l’on peut faire le jour même ! De cette façon, si un imprévu arrive, vous aurez accompli le plus de choses possible. Je suis une adepte de l’agenda maxi format avec de grands espaces pour tout noter, les abréviations peuvent se révéler dangereuses. Il vaut mieux prendre quelques minutes pour bien écrire, avec des lettres bien dessinées plutôt que de se rendre compte deux jours plus tard que notre objectif est illisible. Cela peut amener bien des tracas supplémentaires et inutile de rappeler que vous n’en avez pas besoin ! Je suis aussi une utilisatrice convaincue de la très fameuse « To-Do List ». Il en existe même sous forme d’applications. Je préfère le papier pour avoir tout sous les yeux, mais j’apprécie aussi les applications connectées entre l’ordi et le téléphone. Ces supports permettent de cocher les cases et de voir les objectifs réalisés. Je vous conseille le vert, couleur de l’optimisme et du positif. Savoir où l’on en est et voir sa progression permet de rester motivé !

agenda-organiser-crayon-rouge

La motivation, la force qui vous fait avancer

Restez motivé ! C’est facile à dire. Mais parfois, cela peut être compliqué. Certes, le saut d’obstacles, ça s’apprend, mais ce n’est pas tout. La motivation est indissociable de la concentration. Si l’un des deux va faire un tour, vous risquez de passer un mauvais moment. C’est souvent comme ça que l’angoisse de la page blanche et le syndrome de l’imposteur pointent le bout du nez. Comme il vaut mieux prévenir que guérir, il faut éviter à tout prix que la motivation s’échappe. Pour cela, rien de tel qu’une pause. Cela peut sembler être l’opposé de ce dont vous avez besoin puisque votre but est d’être plus productif. Perdre du temps à ne rien faire peut donc sembler complètement idiot ! Vous pouvez aussi vous aérer, manger quelque chose, regarder un épisode de votre série préférée. Ce sont d’excellents moyens de lâcher-prise. Personnellement, j’aime beaucoup faire appel à ma créativité. Je sors mes pinceaux à aquarelle (avec recharge d’eau intégrée, ils sont toujours prêts), ma palette de voyage et une feuille. L’idée n’est pas de produire une œuvre d’art, mais de ne penser à rien d’autre qu’aux couleurs et aux dessins obtenus. Au bout de quinze minutes, je ressens déjà les effets. J’ai remarqué que cette technique (il en existe beaucoup d’autres comme le yoga et la méditation) me permettait d’être ensuite plus efficace pour une à deux heures. C’est souvent suffisant pour terminer un ou deux objectifs fixés en début de journée. 

yoga-femme-pose-pause-paysage

La vie sociale du freelance

Travailler en autonomie, cela peut être une bonne idée mais à long terme, le manque de lien social risque de vous isoler. Il faut veiller à ne pas rester trop longtemps tout seul. Des moyens existent pour rompre la solitude lorsque l’on est freelance. Le coworking représente par exemple une bonne alternative pour rencontrer des gens et échanger. Je pense consacrer un article à ce sujet. 

coworking-ensemble-travailler

La vie de freelance peut faire des envieux de prime abord. Si certains moments apportent beaucoup de bonheur, d’autres sont nettement moins agréables. Il faut avoir une facilité à se motiver et à travailler en autonomie complète ce qui n’est pas le cas de tout le monde, c’est vrai. Personnellement, ce mode de vie me convient, les parties positives étant plus nombreuses que les négatives. Aussi, avant d’opter pour le « lifestyle » de travailleur indépendant, n’hésitez pas à vous poser toutes les questions nécessaires afin d’éviter les déconvenues :

  • Êtes-vous prêt à affronter les obstacles du quotidien (trouver des clients, développer et faire évoluer son chiffre d’affaire).
  • Comment vos proches pourraient-ils réagir à votre changement de vie ?
  • Et votre vie sociale, sera t-il facile pour vous de garder le contact avec les autres ? 

La liste serait encore longue. À vous de peser le pour et le contre. 

Pensez-vous à devenir freelance ? À moins que ce soit déjà fait, dans ce cas partagez votre expérience !  😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.